Remettre sa voiture en échange au ... - Le Guide de l'auto

[Traduction] La pauvreté du "luxury communism"

La pauvreté du "luxury communism"

Texte original de QQ et Mark Harman traduit du texte en anglais trouvé sur : http://libcom.org/blog/poverty-luxury-communism-05042018
Également disponible en .odt via google drive.
Un spectre hante l'Europe et les États-Unis, le spectre du protectionnisme national productiviste de la gauche. QQ et Mike Harman répondent à Novara Media et Jacobin Magazine.
"Une forme de travail salarié peut corriger les abus d'une autre, mais aucune forme de travail salarié ne peut corriger l'abus du travail salarié lui-même. Marx (Grundrisse)
Des articles récents dans Jacobin Magazine et Novara Media représentent une tendance croissante de l'insistance sociale-démocrate selon laquelle l'État est la meilleure chance de résoudre le changement climatique et une myriade d'autres problèmes. Cette tendance prend plusieurs formes : un recul d'une position antifrontières cohérente à une position qui voit l'abolition des frontières comme un but inaccessible; un appel à la nationalisation des grandes industries comme moyen de remédier au changement climatique et de fournir des emplois et des modèles de propriété alternatifs comme les coopératives de travailleurs à être soutenus par l'État. Dans tous les cas, il s'agit d'une stratégie de captation de l'État par le biais d'élections.
Le 26 février, Jeremy Corbyn a déclaré devant un auditoire à Coventry que la Grande-Bretagne "ne peut pas être retenue à l'intérieur ou à l'extérieur de l'UE de prendre les mesures nécessaires pour soutenir les industries de pointe" et que la Grande-Bretagne ne peut pas non plus être empêchée "de limiter l'import de travailleurs bon marché par des employeurs". Bien que Corbyn ait été critiqué par certains de ses partisans les plus radicaux, la plupart des critiques n'allaient pas au-delà de la mise en évidence de son mauvais jugement en utilisant un langage " maladroit ". Le fait que le ton plutôt que le contenu du discours était à l'étude donne un aperçu de l'orientation que prend le parti travailliste. Cela suggère que nous ne sommes pas seulement en train de revisiter un parti qui feint la réticence à apaiser les sentiments racistes, dans une tentative de récupérer les électeurs qui les ont abandonnés il y a longtemps. Au contraire, pour " soutenir les industries de pointe ", il faut une main-d'œuvre unifiée par une identité bourgeoise commune - l'identité britannique, avec un retour au syndicalisme nativiste qui a poursuivi le mouvement ouvrier jusqu'aux années 80. La rhétorique peut varier entre le bigoterie conservatrice explicite, le syndicalisme nativiste ou le néolibéralisme métropolitain, mais chacune exerce sa violence via des contrôles aux frontières, que ce soit au niveau de l'UE ou du Royaume-Uni. La production capitaliste repose sur le contrôle du pouvoir du travail.
Cette politique d'une époque apparemment révolue ne démontre pas seulement la limite fondamentale du socialisme parlementaire, mais elle est tissée dans le tissu intellectuel de la gauche dans son ensemble. Le "Fully Automated Green Communism" d'Aaron Bastani en est un exemple. Bien qu'il ne soit pas unique dans ses ambitions keynésiennes embellies par la prétention communiste, il nous fournit une étude de cas utile sur les processus de pensée et les malentendus qui sous-tendent le projet "radical" présenté par le parti travailliste.
D'une manière générale, l'article de Bastani est un appel aux militants écologistes à "passer à la vitesse supérieure" (une insistance des autres membres de l'équipe de Novara et de Inventing the Future), dans la mesure où la meilleure façon d'éviter le changement climatique est d'utiliser l'État. Qu'il souscrive personnellement à la catastrophe climatique évoquée dans l'article est incertain, mais il croit certainement que l'esprit public autour du changement climatique pourrait être un véhicule efficace dans l'exercice de ses théories économiques de relance par la demande. La période d'après-guerre de "l'utopie concurrente [et] des forces géopolitiques compensatrices" a été une énorme aubaine pour l'industrie de l'armement et, par conséquent, pour l'économie en général (i.e. que l'Internet a commencé sa vie comme technologie militaire américaine), et certains pensent que le changement climatique peut avoir la même fonction que la guerre froide. Il y a des raisons spécifiques pour lesquelles une ressemblance ne peut être établie entre la préparation à une guerre mondiale et le changement climatique (que nous aborderons plus tard), mais, plus largement, Bastani commet l'erreur classique de penser que le but d'une économie est d'allouer des ressources pour répondre aux besoins de consommation, alors qu'en réalité, le but de l'économie est de produire du capital.

L'abondance exige-t-elle de la croissance ?

Bastani insiste sur le fait que le mouvement vert devrait abandonner l'idée que la croissance a des limites, parce que les énergies renouvelables et l'exploitation minière des astéroïdes rendront possible la production de carbone zéro, que les gens devraient manger de la nourriture d'où ils veulent et voyager aussi loin qu'ils le souhaitent.
Nous aimerions aussi voir une société d'abondance, mais l'abondance n'est pas simplement la quantité de marchandises que nous consommons, ou l'énergie nécessaire pour les produire. La plupart des biens de consommation que nous achetons doivent être remplacés d'ici un an ou deux, les déchets étant déversés dans des décharges toxiques par des enfants travailleurs pour être recyclés dans d'autres biens de consommation ou simplement jetés dans des sites d'enfouissement. Les cycles de circulation rapide du capital que cela permet sont considérés comme de la " croissance ", ils contribuent tous au PIB après tout, mais ne font rien d'utile pour quoi que ce soit d'autre que le bilan. les systèmes alimentaires mondiaux sont de plus en plus précaires, l'une des dernières paniques morales libéralistes étant l'emballage alimentaire en plastique, puisque le plastique a été trouvé dans des organismes vivant dans les régions les plus profondes de la mer. Le simple fait d'arrêter l'utilisation du plastique entraînerait une détérioration massive des aliments ; le plastique est utilisé en premier lieu pour conserver les aliments pendant qu'ils parcourent des milliers de kilomètres, pendant des jours ou des semaines. Aucune mesure d'automatisation complète, d'investissement vert ou de consommation éthique ne résoudra les problèmes fondamentaux des chaînes d'approvisionnement des supermarchés, de l'agro-industrie, de la dépendance à l'égard de la main-d'œuvre saisonnière faiblement rémunérée et de la culture commerciale. Ces derniers, ainsi que l'épuisement de la nappe phréatique et des sols qui les accompagne, sont le résultat de la production de denrées alimentaires en tant que marchandise plutôt que pour nourrir les gens. Bonne chance pour récolter les nutriments du sol et l'eau propre de l'espace.
Novara n'est pas la seule à faire valoir que la nationalisation des entreprises du secteur de l'énergie peut éviter le changement climatique. Le magazine Jacobin a récemment publié "A Plan to Nationalize Fossil-Fuel Companies" de Peter Gowan en prenant l'exemple de Statoil en Norvège. L'auteur laisse entendre que Statoil a été nationalisé par l'État norvégien et que c'est la raison pour laquelle il commence à s'éloigner avec succès des combustibles fossiles. En réalité, Statoil a été privatisé en 2001, le gouvernement norvégien conservant la majorité des actions, et se vante sur son site web qu'il a multiplié par six la production de pétrole et de gaz depuis 2000. Ainsi, une entreprise partiellement privatisée qui a sextuplé sa production de combustibles fossiles au cours des 18 dernières années est utilisée comme exemple de nationalisation pour réduire la production de combustibles fossiles. Le monde à l'envers, ou juste la caméra ? Comme beaucoup d'entreprises énergétiques, Statoil tente de devenir une " grande entreprise énergétique " par le biais d'un changement de nom en Equinor, ce qui implique une diversification vers les énergies renouvelables, mais rien n'indique qu'elle réduira la production de pétrole et de gaz en conséquence, se contentant de parler d'une production de pétrole et de gaz plus " efficace du point de vue climatique ", tandis qu'elle se développe également dans de nouveaux domaines.
Gowan poursuit un récit historique inversé en mentionnant la capacité de Harold Wilson à supprimer autant d'emplois miniers que Margaret Thatcher sans la grève des mineurs qui l'accompagne en raison de "sa coopération avec les syndicats, de sa concentration sur le plein emploi et d'une politique industrielle active". Ce que Gowan omet de mentionner, c'est que Wilson a supprimé 43 % des emplois dans le secteur minier à une époque de quasi plein emploi, tandis que Thatcher a supprimé 80 % des emplois dans le secteur minier à une époque de chômage élevé. Wilson a été confronté à une grève sauvage des mineurs en 1969, qui a explosé dans les grèves des mineurs de 1972 et 1974 sous Ted Heath. Une fois de plus, les pénuries de main-d'œuvre historiquement contingentes entre 1945 et 1970 sont attribuées au génie keynésien.
Nous devons être clairs : lorsque Gowan décrit la nationalisation, il ne s'agit pas d'une expropriation de l'État avec compensation, mais d'un achat massif d'actions. Au mieux, il s'agit d'un plan visant à transférer les coûts de la décarbonisation des actionnaires privés vers l'État. Même si le plan est couronné de succès et que le pétrole et le gaz sont laissés dans le sol, il s'agit simplement d'un plan pour transférer les coûts de la décarbonisation des actionnaires privés à l'État - "privatiser les profits, socialiser les pertes" comme on dit.
D'autres publications socialistes et le Parti travailliste lui-même sont d'avis que "avec le réseau national entre les mains du public, nous pouvons mettre la lutte contre le changement climatique au cœur de notre système énergétique" (Corbyn, février 2018). En concédant les limites d'un système centralisé, "l'avenir est décentralisé", via un glissement vers des modèles alternatifs de propriété : les coopératives.
Dans son récit des coopératives Mondragon en Espagne, Sharryn Kasmir a conclu que, loin de démocratiser le lieu de travail, la forme coopérative elle-même a généré un nouvel engagement trouvé parmi la classe des cadres tout en engendrant l'apathie chez les travailleurs. Les gestionnaires qui ont réussi ont accédé à des postes politiques, tandis que les travailleurs ne pouvaient pas utiliser les structures démocratiques louangées. De plus, au lendemain de la Révolution algérienne, les travailleurs se sont régulièrement mis en grève contre la bureaucratisation croissante de l'autogestion des travailleurs administrés par l'Etat. Que l'idée de l'autogestion ouvrière dans une Algérie socialiste était jumelée à un discours nationaliste soumettait l'autogestion "à une logique économique qui sapait son fondement même". Après la cooptation et la démobilisation des occupations industrielles et agricoles, et l'intégration du syndicat syndicaliste UGTA dans le FLN sous Ben Bella, les travailleurs algériens n'ont pas pu résister à la suppression pure et simple du mouvement sous Boumédiène.

À long terme, nous sommes tous morts.

La théorie keynésienne était une sorte d'adaptation bourgeoise de la critique de Marx sur l'économie politique, en ce sens qu'elle reconnaissait que la crise du capitalisme se trouvait dans le déclin du taux d'accumulation du capital. Pour Keynes, c'est parce que les capitalistes accumulent les profits pour des raisons irrationnelles (" esprits animaux "), au lieu de les investir de manière productive. Par conséquent, pour contrer une crise, l'État doit intervenir dans la sphère de la production par le financement du déficit pour stimuler les dépenses privées et, par conséquent, la production privée. Comme Marx l'a cependant observé, le problème d'une " surproduction " du capital n'est pas parce qu'il y a trop de capital, mais plutôt parce qu'il y a trop peu de capital par rapport à l'échelle de l'accumulation. En d'autres termes, parce que "le développement de la productivité sociale du travail, implique une masse de plus en plus grande du capital total pour mettre en mouvement la même quantité de force de travail et presser la même quantité de surtravail", lorsque la masse absolue du profit n'est plus suffisante pour rendre possible une accumulation continue (c'est à dire que la masse absolue du profit n'est plus suffisante pour rendre possible l'accumulation continue...). quand le taux de profit tombe plus vite que le capital se développe) le capital apparaît comme un excès parce qu'il ne peut être employé de façon rentable - après tout "il se doit, sur la base de la production capitaliste" que "la masse absolue du profit (....) peut, par conséquent, augmenter, et augmenter progressivement, malgré la baisse progressive du taux de profit".Pour Keynes, un ancien fonctionnaire britannique qui a dit un jour que " la guerre de classes le trouvera du côté de la bourgeoisie éduquée ", l'intervention de l'État a pour but d'enrayer le déclin du capitalisme, tout en assurant un certain niveau de stabilité sociale.
Bien que la production générée par l'État élargisse la capacité de production globale, parce qu'elle ne peut augmenter la rentabilité du capital privé, il existe un accord général pour que le secteur public de l'économie soit aussi petit que possible. En fait, la production générée par l'État se trouve habituellement dans des industries où le produit n'est pas consommable (e.g. la défense ), et en règle générale, la production étatique se situera en dehors du marché car elle est réticente à frustrer davantage le capital privé dans un système de marché déjà en baisse (en 2009 la Suède, la référence du socialisme contemporain, SAAB au bord de la faillite, le ministre Olofsson annonça : "L'Etat suédois n'est pas prêt à posséder des usines de voitures "). Cependant, parce qu'un déficit national croissant ne peut pas être remboursé à partir de la production de l'État (après tout, l'État ne peut pas se taxer lui-même), l'État doit faire de nouvelles incursions dans l'économie et, par conséquent, poursuivre la décadence du système de capital privé. C'est d'ailleurs la source de l'hostilité de la bourgeoisie envers le keynésianisme et son identification pitoyable au socialisme. Cependant, tout comme le capitalisme reproduit une population ouvrière plutôt qu'un travailleur individuel, le capitalisme reproduit une structure de classe plutôt que le statut social d'un capitaliste individuel.
L'adoption du buzzword malhonnête "post-capitaliste" indique que Bastani se situe à l'extrémité la plus radicale du spectre keynésien. Nous comprenons le post-capitalisme comme signifiant que l'accélération de la production non rentable peut transformer le capitalisme en un système qui n'est pas tout à fait capitaliste. Cependant, ce n'est qu'en prenant au sérieux les lois générales du développement capitaliste que le caractère transitoire d'une période distincte du capitalisme peut se révéler. Le post-capitalisme, ou plus exactement le keynésianisme radical, n'apparaît pas comme l'étape de transition vers un "communisme de luxe entièrement automatisé", mais plutôt vers une économie capitaliste d'Etat. Dans ce cas, le post-capitalisme n'est rien de plus qu'une théorie de la réforme sociale et donc en totale contradiction avec les objectifs du communisme.
Il n'est donc pas du tout surprenant que Bastani attribue tous les maux du monde à la "mondialisation contemporaine" et à une financiarisation idéologique de l'économie mondiale, ou évoquant le "réalisme capitaliste" de feu Mark Fisher. Bien que le "réalisme capitaliste" soit une polémique tout à fait confuse parsemée de quelques pensées intéressantes, Fisher n'aurait pas pu être plus clair lorsqu'il a dit : "le réalisme capitaliste n'a pas besoin d'être néolibéral" et "pour se sauver, le capitalisme pourrait revenir à un modèle social-démocrate". En fait, la financiarisation de l'économie est la preuve de la surproduction du capital. Car le seul moyen d'éviter l'effondrement de la rentabilité est "par l'exportation du capital ou par l'emploi en bourse".

Le capitalisme, c'est la guerre totale.

La concurrence capitaliste est un processus de centralisation, au cours duquel une plus grande plus-value est répartie entre moins d'organisations. Cela se produit en période de croissance et en période de stagnation, car la centralisation n'est qu'un changement dans la distribution du capital disponible. Pendant ce temps, le mécanisme du marché est vidé de sa fonction, et lorsque le capital cesse de se développer, le marché n'est plus un mécanisme suffisant pour subvenir aux besoins de la production sociale. Si l'incapacité à satisfaire ces besoins est considérée comme une menace pour la stabilité sociale, elle sera étayée par l'intervention de l'État. Ainsi, le contrôle d'une offre décroissante de plus-value et de sa distribution (incarnée par le profit) est vital pour la pérennité du capitalisme et se manifeste donc en tant que fonction de l'Etat. Jacobin est explicite en ces termes : "Les solutions basées sur le marché ne peuvent pas s'attaquer au changement climatique. Essayons la nationalisation".
Tant les économistes libéraux que les larges pans de la gauche considèrent le capitalisme dans sa période de laissez-faire (ou de libre marché) comme du capitalisme bona fide, caractérisé par une accumulation de capital privé débridée et comprenant la libre circulation du capital et de la main-d'œuvre. Bien qu'une telle période n'ait jamais existé (et ne prévaut certainement pas à l'heure actuelle, malgré les protestations croissantes), une certaine ressemblance avec cette période est apparue à un stade antérieur du développement capitaliste. Les libéraux déifient une telle période parce qu'elle a permis une accumulation extensive et rapide du capital, c'est pourquoi les libéraux de gauche reconnaissent eux aussi que le marché est défaillant et préconisent un retour à une concurrence plus générale par le biais d'un démantèlement des monopoles, etc. Ces monopoles ne pourraient être brisés qu'en utilisant des moyens non marchands, par exemple le protectionnisme, la guerre. Mais, et on ne le soulignera jamais assez, ce sont les capitaux nationaux qui sont en concurrence sur la sphère mondiale et non le capital dans l'abstrait, même les sociétés multinationales sont essentiellement des véhicules pour le capital national. Une concurrence strictement économique n'a jamais été possible qu'au niveau national, et l'effondrement spectaculaire, quoique prévisible, de l'UE en témoigne. Les nations ne peuvent s'empêcher de travailler à une économie mondiale intégrée, cependant, étant donné la nature de classe du capitalisme, la protection nationale du capital est toujours en conflit direct avec la demande destructrice intrinsèque à la nature internationale de la concurrence capitaliste.

Au fond, tout est lié au travail.

Par conséquent, Bastani a tout à fait raison de dire que son plan exige "quelque chose qui ressemble à un effort de guerre", car toute la base du keynésianisme a été construite sur l'application des politiques économiques en temps de guerre à une période de "paix". Cependant, de nombreux gouvernements, y compris le Troisième Reich, ont mené une économie keynésienne, ignorant son idéologie, avec peu de succès, jusqu'au début de la guerre. En revanche, la période de prospérité de l'après-guerre en Allemagne (et en Europe en général) avait peu à voir avec l'application de la théorie keynésienne et plus avec l'énorme destruction du capital pendant la Seconde Guerre mondiale qui a permis une expansion et une reconstruction du capital tout aussi énorme. La situation politique propre à l'Allemagne et l'impulsion de base pour survivre ont fait en sorte que le travailleur allemand a remis des " niveaux énormes de consentement " à toutes les " innovations " économiques associées à l'économie de guerre, par exemple les contrôles sur le travail. Le travailleur allemand, dans la période d'après-guerre, a travaillé plus d'heures que n'importe qui d'autre en Europe et pour la moitié du salaire d'un travailleur britannique.
En effet, l'économie keynésienne est une sorte de préparation à la guerre et ce fait est reconnu (peut-être pas consciemment) par Bastani et ceux qui lui sont affiliés. Il est trop simple de considérer la production militaire comme une simple production de déchets, car le potentiel de guerre est intégré dans l'accumulation de capital. Les gens d'affaires s'opposent aux dépenses sociales pour des raisons idéologiques supposées, mais l'idéologie s'évanouit dans les airs lorsqu'il s'agit de dépenses de défense. Dans la mesure où l'objectif de la guerre est d'affaiblir ou de détruire les nations concurrentes, la guerre étant la concurrence et la concurrence étant un processus de centralisation, les gains des nations victorieuses ouvrent la voie à une nouvelle période d'expansion du capital. En bref, la concurrence capitaliste est une guerre totale. Il est donc difficile de voir comment on peut convertir une politique de temps de guerre en une politique de temps de paix verte ou "woke". En effet, les produits du travail humain dans une économie de guerre doivent être détruits plus rapidement qu'ils ne sont créés, et après un examen plus approfondi, les produits du travail humain détruisent également leurs producteurs.
Bien que le conflit de l'eau entre l'Inde et le Pakistan et leurs statuts en tant que puissances nucléaires soit bien documenté, prenez la tension moins connue sur la rivière Syr Darya entre l'Ouzbékistan et le Kirghizistan. L'Ouzbékistan, poussé par son rôle important dans l'industrie mondiale du coton, continue de construire de plus grands réservoirs pour l'irrigation du coton, au désarroi du Kirghizistan, une nation en amont, où il a besoin d'eau courante pour produire de l'hydroélectricité pendant l'hiver. Il ne serait donc pas surprenant de voir les différends s'intensifier lorsque les lois de la production du capital se heurtent aux lois de la physique et de la chimie, d'autant plus que l'approvisionnement en eau dans la région devrait varier énormément au cours des 50 prochaines années.
Bastani hésite à le dire lui-même et s'en remet à une citation de Paul Mason ; le nationalisme est la seule forme de socialité que l'on peut atteindre sous sa conception du "populisme vert". Compte tenu de l'antagonisme existant entre le capital national et le caractère international de la concurrence capitaliste, de nouveaux groupes et institutions dirigeantes (ou ce que Pannekoek considérerait comme "la classe de l'intellect et du savoir ") liés à l'existence de la nation sont créés, dans lesquels leur préservation et leur reproduction deviennent synonymes de l'intérêt national. En fait, le nationalisme ne peut servir qu'à obscurcir le marché réel et unique qui détermine la production capitaliste et c'est celui dans lequel la main-d'œuvre est vendue et achetée. Cela inclut une société où, en termes marxistes, le surplus de travail est converti directement en capital, ou ce que Bastani appellerait le "post-capitalisme".

Post-capitalisme ? Post-autonomie ?

Alors que Keynes est un technocrate britannique ennuyeux qui n'a jamais prétendu vouloir voir la fin du capitalisme, le "post-capitalisme" lui-même peut être retracé à l'obsession du post-autonomiste italien Paulo Virno pour le "fragment de machine" dans le Grundrisse :
Le développement du capital fixe indique dans quelle mesure la connaissance sociale générale est devenue une force directe de production, et dans quelle mesure, donc, les conditions du processus de la vie sociale lui-même sont passées sous le contrôle de l'intellect général et ont été transformées en conséquence.
Le post-capitalisme prend de ce fragment non pas le potentiel du communisme étant développé par le capitalisme, mais sa réalisation réelle. Plutôt que le prolétariat expropriant le capital, abolissant la forme marchande, le capital ainsi que lui-même en tant que classe, et transformant la production pour répondre aux besoins humains ; le post-capitalisme fait du capital lui-même le sujet de l'histoire, introduisant le communisme par une augmentation des forces de production, avec une direction utile des technocrates de gauche pour l'empêcher de s'accélérer et de s'effondrer complètement dans le désordre et dans la barbarie.
Selon les propres mots de Virno :
Dans le "Fragment", la crise du capitalisme n'est plus due à la disproportion intrinsèque au mode de production basé sur le temps de travail des individus, ni aux déséquilibres liés au fonctionnement intégral de la loi de la valeur, par exemple à la baisse du taux de profit. Au lieu de cela, la principale contradiction lacératrice esquissée ici est celle qui existe entre les processus productifs qui reposent désormais directement et exclusivement sur la science et une unité de mesure de la richesse qui coïncide toujours avec la quantité de travail incarnée dans le produit. Selon Marx, le développement de cette contradiction conduit à " l'effondrement de la production basée sur la valeur d'échange " et donc au communisme.
http://www.generation-online.org/p/fpvirno10.htm
Plus tard dans le'fragment de machine' cependant, Marx est clair sur le fait que le prolétariat a encore un rôle à jouer, parce qu'à un certain moment, le capital cesse d'augmenter les forces de production, car il ne peut pas fournir un surplus. Quand nous regardons la destruction massive de capital de la guerre mondiale et la crise environnementale, la vision de l'automatisation complète amenant au communisme par la technologie ressemble beaucoup plus au vieux choix du socialisme ou de la barbarie :
Si elle réussit trop bien au début, alors elle souffre d'une production excédentaire, puis le travail nécessaire est interrompu, parce qu'aucun surplus de travail ne peut être réalisé par le capital. Plus cette contradiction se développe, plus il devient évident que la croissance des forces de production ne peut plus être liée à l'appropriation du travail aliéné, mais que la masse des travailleurs doit s'approprier elle-même son propre surplus de travail.
La tendance cyclique constante de l'hyper-exploitation de certains travailleurs tandis que d'autres sont mis de côté, et la destruction massive du capital par la guerre et les catastrophes humaines à mesure que les contrats et la régénération sont morcelés, est décuplée par le New Deal du post-capitalisme rebaptisé ou l'État providence Bevanite, les revenus/services de base et d'autres schémas qui font état des fissures de la guerre ouverte des classes.

Comment j'ai appris à arrêter de m'inquiéter et à aimer la bombe.

C'est à ce moment-là que l'interprétation franchement comique de Bastani sur les relations sociales n'étant rien d'autre que du consumérisme éthique libéral et ses génuflexions devant David Harvey commencent à se préciser. En ce sens que l'académicien marxiste, Harvey, dispose complètement de la pierre angulaire du Capital, que la force de travail est la source de valeur. L'incapacité de Harvey à saisir les différents niveaux d'abstraction dans l'argument de Marx lui permet d'arriver à la conclusion tout à fait bizarre que la valeur apparaît comme une magie pendant l'échange. Car si nous acceptons la chicanerie de Harvey, nous rejetons à notre tour la relation sociale qui définit la production capitaliste ; celle entre le capital et le travail.
On fait beaucoup de la révolution technologique tant promise et de l'abondance qu'elle peut fournir, mais nous sommes déjà venus ici auparavant. En 1964, une lettre ouverte intitulée "La Triple Révolution ", signée par divers socialistes éminents, fut envoyée au président américain de l'époque, Lyndon Johnson. La lettre offre beaucoup des mêmes concepts et dilemmes que ceux mentionnés dans la formulation de Bastani de "Fully Automated Luxury Communism" : revenu de base ; post-scarcite/abondance ; conversion de l'infrastructure militaire en infrastructure civile, etc. Mais la "révolution" était tout de même illusoire, pour la simple raison que l'abondance est impossible dans une société de classe. Bien sûr, la promesse du communisme se trouve dans le potentiel d'abondance, mais elle dépend de la destruction complète des relations de classe. Bastani, tout comme ses prédécesseurs intellectuels, sont tous deux coupables d'avoir mis la charrue avant les bœufs.
En vérité, puisque Bastani caricaturalise les mouvements "grassroots", il est difficile de déterminer à qui il essaie de vendre le rêve d'un communisme de luxe entièrement automatisé, sautant des primitivistes, aux libéraux éthiques, aux libéraux, "lifestylists", pour se retrouver dans une impasse. Tout aussi frappante est l'absence de toute mention de la lutte de classe, ou de l'implication révolutionnaire que les luttes assument dans une période de crise, que la classe ouvrière elle-même envisage ou non ses luttes comme la voie de la révolution. Pour être clair, l'objet de l'analyse de Marx n'est pas la crise en soi mais le processus capitaliste de reproduction dans sa totalité. La tendance des machines à produire "un excédent relatif de population, ou la libération des travailleurs" est un processus qui apparaît tout au long de l'histoire du capitalisme. Il est donc difficile de comprendre pourquoi le simple fait de conférer à ce processus l'expression exotique " automatisation " pose soudainement des problèmes que nous n'avons jamais vus auparavant. Cela permet peut-être de retarder la prolétarisation certaine des classes moyennes, mais pour la classe ouvrière, aucun problème historiquement unique n'apparaît.
Marx a identifié la tendance du capital fixe à augmenter par rapport à l'augmentation de la productivité du travail et à la création de populations excédentaires au XIXe siècle, non pas comme une chose progressive à poursuivre pendant deux siècles, mais comme un moteur de la révolution, avec les révolutions haïtienne, française et anglaise, puis la Commune de Paris qui montrent tous le potentiel de la classe ouvrière pour transformer la société.
Le capitalisme pour Marx était une condition préalable au communisme, quelque chose qui, par sa propre logique, se dirigeait vers la crise et la révolution, non pas simplement pour être dirigé en faveur de la classe ouvrière, mais pour être renversé. Le communisme signifie l'abolition de la forme marchande, la production directe pour satisfaire les besoins humains, et donc l'abolition de toute autorité, y compris les États (considérés par Bastani comme " les plus grands instruments d'action collective jamais créés par les humains "), sauf la volonté des producteurs eux-mêmes - pas seulement une reconfiguration des filets de sécurité sociale qui n'ont jamais existé pour la plupart de la population mondiale. Ces tâches restent urgentes un siècle et demi après que le fragment de machine a été écrit, alors que le carnage continu du colonialisme, la guerre internationale, et - de plus en plus au cours des cinquante dernières années - le changement climatique, font des ravages sur la classe ouvrière internationale.
Si nous considérons toujours la gauche comme un mouvement pertinent, c'est pour donner un sens à la lutte de classe dans le contexte de la production de capital, et pas seulement pour réaliser un programme spécial qui nous est propre. Alors que Jacobin et Novara fantasment sur la façon dont ils géreront l'Etat capitaliste après les prochaines élections, les travailleurs internationaux s'attaquent à la fois à l'Etat et au capital dans une montée de la lutte de classe qui n'avait pas été vue depuis plus d'une décennie. En Virginie-Occidentale, les enseignants ont obtenu une augmentation salariale de 5 % pour tous les employés du secteur public après une longue grève sauvage d'une semaine. Les enseignants du Kentucky et de l'Oklahoma sont en pleine effervescence cette semaine à cause du financement des écoles sans l'appui total de leurs syndicats. Toutes ces luttes semblent destinées à obtenir des concessions majeures contre les administrations républicaines, un sénat républicain et un président républicain. Au Royaume-Uni, il y a eu des actions de grève sans précédent dans les universités par les professeurs et le personnel de soutien, mettant les travailleurs de base en conflit direct avec les "organisations de représentation démocratique - syndicats" alors qu'ils protestaient au siège de leur propre syndicat à propos d'une tentative précoce de capitulation. Alors qu'il s'agit de luttes défensives pour les salaires et les conditions de travail, la lutte contre les nouveaux oléoducs et les fractures aux États-Unis et au Royaume-Uni se poursuit avec des protestations majeures comme au Dakota avec #NODAPL. La social-démocratie est une politique de recul et de démobilisation de ces luttes, quelle que soit le frisson radical qu'elle est capable d'évoquer.
submitted by thikoril to seddit [link] [comments]

Comment fonctionne le système d’échanges de quotas d ... Fortnite : Un Nouveau Système D'Échange sur Fortnite Sauver le Monde ! @FortniteFR @FortniteGame Purger / changer le liquide de frein voiture à une ... Bourse d'échange Mécaniques anciennes Drom 2011 (Ain) SWTOR [FR]- Tuto- GUIDE COMPLET sur le Réseau d'échange Galactique (HDV)

L'évaluation Eurotax valeur d'échange et de vente est possible pour toutes les voitures de tourisme et les minibus courants jusqu'à 12 ans. Avant l'appel, prière de préparer les données relatives au véhicule: le numéro d'homologation voir position 24 du permis de circulation ou demander au vendeur de la voiture, le type exact p. ex. GLS ... Dans la catégorie des voitures de luxe à moins de 30 000 $, les produits japonais sont encore à l’honneur, avec la Lexus ES en tête de la fiabilité. Dans cette catégorie, mention honorable à l’Acura TL, l’Acura TSX, la Buick Verano, l’Infiniti M, la Lexus CT 200h, la Lexus GS, la Lexus IS, ainsi que la Lexus LS. Dans cette vidéo, je vous présente le fonctionnement des stations d’échange de batteries pour voitures électriques ainsi que les raisons qui ont fait que ce système a été totalement ... Les gens sont toujours à la recherche d’un moyen pour économiser de l’argent sur les achats importants. Une grande partie de ces réflexions tourne autour de l’identification du meilleur moment pour acheter un article en particulier. Certains sont même à la quête de toutes les promotions et préfèrent le Black Friday à Noël. Et en ce qui concerne le moment propice pour l’achat ... Le système d’échange batteries de Tesla ne semble pas convaincre. Sur les quelques 200 clients invités à tester le système, seuls 5 % se seraient présentés.

[index] [1902] [6994] [3321] [569] [434] [5358] [1965] [6418] [2681] [6638]

Comment fonctionne le système d’échanges de quotas d ...

Mityvac MITMV8500 : http://amzn.to/2gnIEeX Liquide frein DOT 4 : http://amzn.to/2hTpcuZ Clés mixtes : http://amzn.to/2wRUOU6 Purge pression roue de secours :... MAGASIN D'ÉCHANGE (TU19)! ... 💳 LE MEILLEUR SYSTÈME DE MONEY DANS MINECRAFT 💳 1.13 et plus - Duration: 6:56. Trollellite Recommended for you. 6:56. Machine d'échange sécurisés de ... Dans cette vidéo, je vous présente le fonctionnement des stations d’échange de batteries pour voitures électriques ainsi que les raisons qui ont fait que ce ... Merci de partager la vidéo à un maximum de personnes ! La vidéo de EndoRail : https://youtu.be/VeMlN_09NNA Mes réseaux, principaux : PSN : Kadox1 EPIC(fortni... Reportage sur la Bourse d'échange de mécaniques anciennes de Drom (Ain) Le dimanche 1er Mai 2011. Skip navigation ... Voitures: Défilé de voitures anciennes - 1 mai 2010 - Duration: 3:27.

http://binaryoption-arabicfinance.binaryoptionstrading.club